Détresse des travailleurs du sexe et des personnes en situation de prostitution – covid-19.

Avec mes collègues nous avons rédigé un courrier à destination de Marlène Schiappa, Secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, afin de formuler des propositions concrètes pour répondre à la détresse des travailleurs du sexe et des personnes en situation de prostitution.

1️⃣ Qu’il est important d’assurer le suivi des dispositifs mis en place, en apportant notamment à notre connaissance les chiffres recensés sur tout le territoire pendant la période de confinement, afin de mesurer les besoins et d’adapter les mesures le cas échéant.

2️⃣ Le tissu associatif fait un travail extraordinaire auprès du public concerné qu’il s’agisse de distributions d’aides financières ou de distribution de nourriture et de produits d’hygiène, cependant ces efforts ne peuvent pas s’inscrire dans la durée si des moyens supplémentaires ne sont pas rapidement alloués par les pouvoirs publics.

3️⃣ Les travailleurs du sexe et les victimes de la traite des êtres humains doivent pouvoir bénéficier de la solidarité nationale en re-ventilant une partie des crédits non consommés de l’enveloppement dédiée au financement de l’Aide financière à l’insertion sociale et professionnelle (AFIS) vers le financement d’un fonds d’urgence.

Ce fonds permettrait de financer des mesures concrètes telles que :

  • La création d’une enveloppe spéciale qui permettrait de financer des nuitées d’hôtel dédiée. Cette mesure serait accompagnée d’une sensibilisation des groupes hôteliers afin de mettre des chambres à disposition à titre gracieux. Pour celles qui le souhaitent, une orientation vers les violences faites aux femmes devrait être facilitée. Pour les femmes en situation de prostitution hébergées au sein de locations informelles, un soutien financier pourrait être attribué aux associations qui les accompagnent afin de mener des actions de médiation avec les bailleurs pour régulariser leur situation.
  • Concernant l’accès aux produits de première nécessité, une enveloppe budgétaire financerait des chèques-services mis à disposition des associations accompagnant les personnes en situation de prostitution ou des aides financières pour l’achat des produits de base. Pour pallier la propagation du virus et prévenir les risques de contamination lors du déconfinement, ce fonds pourrait également financer des thermomètres ou du matériel de protection tels que des masques.
  • La création d’une mission pour redéfinir la stratégie de soutien à la lutte contre les violences faites à ces personnes pour y intégrer les actions d’accompagnement social des associations de santé communautaire, promouvoir des dispositifs de réinsertion complémentaires au parcours de sortie et élaborer un plan visant à lutter contre les discriminations des personnes en situation de prostitution dans l’accès au logement.