Répartition des lits identifiés de soins palliatifs

Publiée le 6 février 2018

Mme Aina Kuric attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur le problème de la répartition des lits identifiés de soins palliatifs (LISP) sur le territoire français. Il existe beaucoup d’incertitudes sur la mise en application de ce dispositif : dans son dernier rapport datant de 2015, la Cour des comptes relève qu’aucune estimation globale du nombre de personnes ayant effectivement bénéficié de soins palliatifs sur une année donnée n’est disponible.

Cette absence de données est symptomatique du problème d’accès au LISP, qui est due entre autres aux fortes disparités territoriales. En 2015, le taux de lits en unité de soins palliatifs pour 100 000 habitants varie de 0 en Guyane à 5,45 dans le Nord-Pas-de-Calais, tandis que le taux de LISP s’échelonne également de 0 en Guyane à 18,6 en Limousin pour 100 000 habitants.

Enfin, le nombre d’équipes mobiles de soins palliatifs s’échelonne de 0,54 (Limousin) à 2,17 (Basse-Normandie) par 200 000 habitants. Ce manque d’encadrement créée donc de fortes inégalités entre les territoires mais provoque également un retard non négligeable en matière de développement des soins palliatifs. Ils sont aujourd’hui très inférieurs aux besoins et aux attentes, qui vont pourtant s’accroître dans les années à venir dans un contexte de vieillissement de la population.

Elle lui demande donc si des dispositifs sont en cours d’étude afin de remédier à ces inégalités, notamment entre les Outre-mer et la métropole, et afin d’anticiper l’accroissement futur des demandes.

Je télécharge cette question en PDF